Faire suivre cette page
Expéditeur:
Récepteur:
 
* Champs obligatoires

Notre exploitation se situe en zone de montagne 2 à 900 mètres d'altitude.

Nous exploitons 28 hectares de surfaces agricole utile exploitée en surface herbagère.

Un pâturage d'estivage d'une surface de 12 hectares et 3 hectares de forêt complètent la surface total de notre exploitation.

 

 

2010 année international de la biodiversitée

 

En 2010 nous avons obtenu la médaille d'argent au concours Suisse de la biodiversité dans l'agriculture pour la gestion de nos surface agricole.

 

Notre cheptel se compose de 100 chèvres laitières;

100 brebis laitières;

15 chèvres de races à viande;

50 brebis de races à viande;

100-150 agneaux à l'engrais;

25 agnelles d'élevage;

40 chevrettes d'élevage.

 

 

Exploitation agricole

Elevage

Chèvres au pâturage

Nos animaux passent leurs journées au pâturage de mi-avril à fin-octobre.

La nuit, ils reçoivent du foin sec et sont à l'abri.



Même les petits animaux peuvent profiter d'une sortie quotidienne.

 

15% de notre surface agricole utile soit 4,2 hectares sont des surfaces de compensations écologiques qui correspondent aux critères de qualité écologique particulière.

Sur les 12 hectares de surface d'estivage 25% soit 3 hectares, sont liées a un contrat de prairies sèches avec le service de la promotion de la nature du canton de Berne.

 

Dans nos surfaces de compensation écologique on y trouve des fleurs rares tel que la linaigrette a feuilles étroite ou encore diverses orchidées.

Même la grenouille verte y et la salamandre tacheté y sont présente.

Nos prairies sèches en régions d'estivage abritent aussi une immense richesse comme par exemple 62 espèces de papillons dont 21 figurant sur la liste rouge.

22 espèces d'othoptères.

15 espèces de coléoptères xylophages.

1 névroptère (Libelloides coccajus)

1 cigale (Cicadetta cantillatrix)

Une réalitée doit être expliquée!

Avec toutes les différentes surfaces de compensations écologiques et prairies maigres décritent ci-dessus les paiements directs perçus pour ces surfaces ne compensent de loin pas les pertes de revenu par rapport a une prairie intensive et afin de faire rentabilliser notre exploitation nous sommes obliger d'intensifier notre production fourragère sur le reste de nos surfaces.

Pour arriver a cela tout en respectan le cahier des charges de la production de l'agriculture biologique il est très important de prendre soin du sol et de ses engrais de ferme. 

Aérer superficiellement le sol pour permettre une meilleur pénétration des engrais de ferme ainsi que celle de l'oxygène dans la couche arable est très important.

Nous compostons tous nos fumiers par anaérobie ce qui réduit les pertes d'azote par évaporation de 15%.

De plus nous n'épandons pas d'engrais de ferme avant le 20 mars au printemps, c'est a dire pas avant que la végétation en est besoin et plus non plus après le 10 septembre car les gelées sont précoces dans nos régions et après les premières gelées d'automne l'herbe ne pousse pratiquement plus et de ce fait ne mets plus les éléments nutritifs en valeur comme en plein été ou au printemps.

 

La traite des chèvres


Il arrive parfois qu'un lynx nous prenne une chèvre ou un mouton

Nous avons aussi déjà été très déçus de l'indemnité perçus pour ces dégâts qui se monte parfois à 50% de la valeur d'achat de l'animal en question, malgré que toutes les mesures de protections ont été prises et financés par nos propres soins.